Oasis, élève chien guide, assise deavant un Rafale de l'Armée de l'Air française

Oasis : mes 4 premiers mois au travail… de ma famille d’accueil !

L’arrivée

Les premiers pas dans le monde du travail sont une étape importante dans une vie, c’est pourquoi j’ai décidé de vous faire partager mon expérience. Moi, c’est Oasis, née il y a six mois à Angers mais déjà Toulousaine de cœur ! Il faut dire que c’est ici que j’ai fait toutes mes premières découvertes, comme celle de ce nouvel univers professionnel. Comme je n’aime pas perdre de temps, j’y ai mis les pattes dès mon deuxième jour avec ma famille d’accueil, Etienne. J’avais deux mois.

J’ai tout d’abord exploré ce nouvel endroit qui allait être le mien pour environ un an. J’ai la chance d’avoir un bureau pour moi toute seule (j’y laisse quand même une place à Etienne !) et d’y retrouver mon vari, ma couverture et des jouets. Mais ce que je préfère, c’est les nouveautés, comme les deux poubelles qui sont présentes dans un coin.

Premier jour : découverte des poubelles, c’est rigolo !

Etienne m’a dit qu’on allait y passer pas mal de temps dans ce bureau, alors j’y ai vite pris mes marques et me suis mise à l’aise. Activité principale : la sieste !

Premier repos bien mérité après une matinée d’exploration.
Je suis couchée sur le sol de tout mon long !

Dès le premier jour, j’ai aussi vu beaucoup de personnes, très contentes de faire ma connaissance : les collègues d’Etienne. Ils sont tous super gentils avec moi, même si à l’époque, j’essayais de leur mordiller un peu les doigts (je sais que ça n’est pas bien mais c’est dur de se retenir…) Je suis vite devenue la mascotte du département, et ça, c’est chouette !

La journée de travail

Le matin, après un bon petit déjeuner et les besoins faits, je suis prête et contente d’attaquer ma journée. Première étape, le trajet.

Une fois passées les deux premières semaines car j’étais encore trop petite, nous avons laissé la voiture et repris le rythme d’Etienne : métro et bus. J’adore car il y a plein de choses à voir et surtout à sentir, et puis on y croise plein de gens. La plupart sont plutôt surpris mais sourient en me voyant. Rapidement, les habitués des mêmes lignes que nous se sont aussi habitués… à moi.

On arrive ensuite au bureau, après avoir dit bonjour à tout le monde. Le dodo, c’est sacré, mais on fait aussi des pauses régulièrement : pour mes besoins, assez souvent au début, et puis surtout pour aller jouer. Le travail d’Etienne a défini un grand espace vert où je peux me défouler et où on joue. Ma nouvelle passion, le frisbee ! Des fois, je m’ennuie un peu mais j’attends (de plus en plus) sagement.

Quand ma famille d’accueil travaille, je patiente couchée sur ma couverture !

J’aime bien les réunions car je découvre de nouveaux lieux et de nouvelles personnes. Par contre, il faut que je reste sage : c’est un peu dur quand les réunions s’éternisent. Du coup, souvent je dors. Et quand je dors, je rêve. Et quand je rêve, il paraît que je fais parfois du bruit, ce qui fait rire tout le monde !

La prochaine étape, une réunion à Paris. Etienne y va souvent et il m’a dit que je l’accompagnerai dans quelques temps. J’ai hâte, surtout de prendre l’avion. Je vous raconterai.

En attendant, quand Etienne se déplace et qu’il ne peut pas m’emmener, c’est Camille qui m’emmène avec elle chez Airbus. Le duo de ma famille d’accueil s’occupe bien de moi !

Chez Airbus, j’ai été rendre visite à Valérie, la famille d’accueil de Neo. C’était rigolo ! J’ai senti partout, il y avait encore des odeurs de chien… Et Valérie m’avait même préparé une gamelle d’eau fraîche. Très prévenantes, ces familles d’accueil…

Balade dans les locaux d’Airbus avec Camille et rencontre avec Valérie. Toujours avec mon gilet “élève chien guide” pour me reconnaître.

Stage sur la Base Aérienne 118 de Mont de Marsan

Etienne a eu dernièrement l’occasion de faire un stage sur la base aérienne 118 de l’Armée de l’Air Française, à Mont de Marsan. En fait, il retournait à l’école pendant deux semaines et je l’ai accompagné pour ne pas qu’il se sente trop seul.

Assise devant le centre de formation.

Au début, j’ai été un peu surprise par le décollage régulier des avions de chasse : ils font vraiment beaucoup de bruit, mais rapidement, c’est devenu la routine.

Durant les cours, il y avait quand même beaucoup d’attente donc ce que je préférais, c’était les pauses. Tout le monde était super gentil avec moi là-bas, les stagiaires comme les formateurs : là aussi, je suis rapidement devenue la mascotte de la promo ! Il y a même une militaire qui est tombée amoureuse de moi, je crois. Quelques fois, pendant qu’Etienne était en cours, elle me baladait sur le site.

Toute la base avait été informée de ma venue. Il faut dire aussi que c’était une première, un chien qui allait manger au mess.

Un jour, on est même allé voir les avions de près : ce sont des Rafales, et j’ai eu la chance de faire une jolie photo devant. Je suis un peu fière et impressionnée alors je pose !

Assise devant un Rafale de l’Armée de l’Air française.
Menu
Adapter la taille du texte