Magali, Directrice technique de l'Association, avec Raffy dans le parc de détente

Le bilan de fin de pré-éducation

Nos trois jeunes chiens, Raffy, Raya et River ont passé avec succès leur bilan de fin de pré-éducation. Nous sommes tous très fiers d’eux. 👏👏Mais au fait, de quoi s’agit-il ?

Le bilan de fin de pré-éducation

A environ l’âge d’un an, tous nos élèves chiens guides passent leur bilan de fin de pré-éducation. Cet examen, réalisé chaque fois suivant le même protocole et par le même examinateur, a pour objectif de réaliser une photographie du chien et de son comportement à ce stade de son parcours. Cet état des lieux permet de commencer ensuite la phase d’éducation au guidage en tenant compte des particularités de l’animal, de ses points forts comme des points de vigilance ou de progression attendue.

Comment se déroule le bilan de fin de pré-éducation ?

Pour notre Association, Magali, Directrice Technique, réalise tous les bilans de fin de pré-éducation de nos élèves chiens guides. Cela permet de voir comment le chien se comporte avec une personne qu’il ne connait pas forcément. Magali de son côté, forte de plusieurs dizaines d’années d’expérience dans le chien guide, peut parfaitement appréhender et “décoder” les attitudes du chien. Il y a ensuite un échange avec l’éducateur et à la famille d’accueil.

Afin de garantir le maximum d’objectivité, le bilan se déroule toujours de la même manière : Magali prend le chien en boxe dès son réveil , assure les soins, le repas, la sortie pour les besoins et la détente. Ensuite, elle réalise un parcours en centre-ville afin de trouver les situations recherchées (croisement de congénères, bruit de foule, de gare, etc.) et observe également son attitude lors des soins quotidiens (nettoyage des oreilles par exemple), sa capacité à rester calme au bureau et plus globalement ses interactions avec l’humain.

A quoi sert le bilan de fin de pré-éducation ?

Durant cet examen, il ne s’agit donc pas d’attendre du chien qu’il restitue des apprentissages, mais plutôt d’observer s’il est à l’aise dans différents environnements, s’il reste réceptif et à l’écoute. En effet, afin de pouvoir correctement acquérir les compétences qui lui permettront de guider son futur maître en toute sécurité, un élève chien guide ne doit être ni dans la découverte, ni dans la crainte, ni dans l’excitation face à l’environnement dans lequel il évolue.

Un exemple : Magali se rend avec le chien systématiquement dans des rues où elle est certaine de trouver de nombreux pigeons. Il s’agit là d’observer si l’élève reste malgré tout concentré sur elle ou s’il n’a qu’une envie : courir après les volatiles !

Les appréciations de nos 3 élèves

Raffy

Raffy en campagne, dans l'un des boxes de l'association et dans l'herbe en compagnie de Magali, Directrice technique

Raffy est un bon chien, dynamique, à l’aise partout en ville. Il n’a pas de gros défaut ni d’attirance excessive. En sortie, il est présent et agréable. Les soins de base (oreilles, brossage, etc.) sont très simples à réaliser. Il est encore un peu jeune et lorsqu’on essaie de lui demander quelque chose qu’il n’a pas envie de faire, il va essayer de faire l’idiot, le pitre, pour nous détourner de notre objectif. Mais il suffit de l’ignorer (surtout ne pas se fâcher) et de réitérer la demande en restant ferme. Il doit simplement grandir encore et gagner en maturité.”

Raya

Raya assise devant une porte d'appartement, devant une terrasse en bois et en train de marcher en laisse

Raya est un bon chien, très équilibré. Les Bergers Allemands ont souvent tendance à avoir une relation exclusive avec leur référent. Raya, elle, est d’un relationnel facile même avec une personne qu’elle connaît peu. Il n’y a eu aucune difficulté en sortie. Elle est posée, sans attirance excessive envers les pigeons ou les congénères. En obéissance, elle est très à l’écoute et il n’y a pas non plus de souci pour lui administrer les soins de base (nettoyage des yeux ou des oreilles par exemple). En détente, elle n’a pas un instinct de poursuite qui pourrait être difficile à gérer par une personne déficiente visuelle. Elle doit s’améliorer dans le rapport d’objet (bien déposer le jouet dans la main pour que son futur maître déficient visuel n’ait pas à le ramasser à terre) mais cela ne devrait pas poser de problème.”

River

River avec son harnais de guidage, qui indique le trottoir en mettant ses pattes avant dessus et allongé dans un magasin de vêtements

River est un chien passe-partout dans le bon sens du terme. Il s’adapte sans difficulté. Il est à l’aise et ne stresse pas dans les différentes situations qu’il rencontre. Pour les soins, il est docile et se laisse facilement manipuler (pour nettoyer les oreilles ou les yeux par exemple). Il peut parfois montrer quelques signes d’impatience dans certaines situations d’attente mais cela se régulera avec l’âge. Ses instincts de reniflement et d’attirance pour les congénères sont davantage présents. Ce sont les deux seuls points de vigilance sur lesquels il sera nécessaire de travailler davantage dans la suite de son parcours car ils pourraient nuire à sa concentration dans son travail de guidage.”

Menu
Adapter la taille du texte