Saîka de face

Saîka : la tristesse de la réforme

A la fin de l’été, nous vous avions annoncé que Saîka souffrait d’une boiterie persistante. Malheureusement, suite aux différents examens médicaux et aux retours des spécialistes vétérinaires, son éducatrice et notre équipe technique ont dû se prononcer en faveur d’une réforme. Saîka ne deviendra pas chien guide.

C’est bien sûr une immense tristesse, en particulier pour Agnès, sa famille d’accueil et pour Stéphanie, son éducatrice, mais c’est une décision nécessaire pour le bien-être et la qualité de vie de notre jeune Saîka. Elle a besoin d’un cadre de vie et d’une activité adaptés à son état.

C’est d’ailleurs dans cette optique que Saîka est allée passer quelques temps chez un couple habitant dans les Pyrénées Orientales. Ils seraient prêts à l’adopter. Ayant déjà eu une chienne souffrant de dysplasie, ils connaissent donc parfaitement les difficultés que Saîka peut rencontrer. Depuis 15 jours, elle fait connaissance avec eux, leur environnement et leurs proches. Cette « période d’essai » va durer un mois au total, ce qui permet de s’assurer que tout se passe bien de part et d’autre. Si c’est le cas, l’adoption pourra être réalisée.

Les premières nouvelles sont très bonnes. Saîka s’est bien habituée à ses nouveaux maîtres. Elle a appris à monter et à descendre de la voiture grâce à une rampe, ce qui sollicite moins ses articulations. Le couple avait mis en place d’autres aménagements dans la maison pour leur précédente chienne, ce qui soulage également Saîka. Elle profite aussi de promenades au bord de la mer, ce qui ne peut qu’être bénéfique pour son état général. Et sur les conseils de notre ostéopathe canin, elle a le droit à des petits massages prodigués par ses maîtres le soir. Cela évite les blocages ou les compensations trop importantes.

Si Agnès a bien entendu compris la nécessité de la réforme de sa petite protégée, pour une famille d’accueil, cela reste néanmoins un moment difficile. D’autant plus lorsque les choses s’enchaînent rapidement. Stéphanie est bien sûr présente pour accompagner la famille. Agnès a ainsi pu rencontrer à 2 reprises le couple qui désire adopter Saîka. Elle est aussi tenue informée très régulièrement.

Nous vous tiendrons, vous aussi, au courant lors de notre prochaine lettre d’information.

En images

 

Menu
Adapter la taille du texte