La réforme

Actualités de nos écoles

Ohara assise dans l'herbe

Je ne serai pas chien guide, mais….

Être chien guide est une noble mission qui allie exigence physique et bien-être mental. Toutes les races ne peuvent prétendre à ce fabuleux destin. Nous travaillons essentiellement avec des Labradors, des Goldens Retriever ou des croisés Labradors/Golden Retriever pour leur sociabilité, leur gabarit (taille entre 55 et 65 cm au garrot) et leur image positive auprès du grand public. Cependant, le parcours pour devenir chien guide est long et exigeant. Certains de nos élèves chiens guides ne peuvent aller au bout de leur éducation. Nous vous expliquons les raisons de la réforme et le devenir de ces chiens.

Réformé : Pour quelles raisons ?

1. Réforme comportementale :

Devenir chien guide requiert de grandes qualités. Le chien doit être à l’écoute des demandes de son maître déficient visuel et attentif à l’environnement qui l’entoure pour ne pas mettre le binôme en danger au cours des déplacements. Le chien, dès le harnais sur le dos, reste concentré en toutes circonstances. Il ne doit ni renifler, ni dire bonjour à ses congénères, ne pas céder face à la nourriture, ne pas poursuivre d’autres animaux. Cela exige de la part du chien un grand contrôle de soi. Enfin, le chien guide fait face à une importante responsabilité, celle de participer à la sécurité de son maître durant le trajet ce qui lui demande force de caractère, prise d’initiative et courage.

Une équipe ne sera efficace, en sécurité et autonome qu’à ces conditions. C’est pourquoi, les chiens ayant de forts instincts (de chasse, de poursuite…), une trop grande sensibilité pour évoluer sereinement dans des environnements urbains stressants (peur du bruit, de la foule…) ou pour affronter les responsabilités liées au chien guide seront reformés pour raison comportementale. Un chien en souffrance durant la séance de travail serait un chien malheureux, mais aussi dangereux pour la personne déficiente visuelle

2. Réforme physique :

Tel un athlète, le chien guide parcourt chaque jour avec son maître des trajets plus ou moins longs et difficiles (escaliers, transports en commun) ce qui demande une excellente condition physique. Ainsi l’association est attentive à l’évolution de la santé de chaque animal. Des suivis vétérinaires réguliers sont réalisés. De même, à 7 mois, le chien effectue une radiographie de contrôle au niveau des hanches et des coudes pour déceler la présence ou non de dysplasie (déformation de l’articulation). Dépistée de façon précoce et non grave, elle peut être traitée. Si tel n’est pas le cas, le chien sera réformé pour cause physique.

Réformé : et après ?

Réformé ne veut pas dire abandonné. L’association veille sur le devenir de tous ses chiens. Ainsi, selon la gravité de la réforme, nous choisissons soit de faire adopter le chien soit de le réorienter. Dans le cas de l’adoption, le choix de la famille adoptante tient compte des besoins nécessaires au bien-être du chien. Par exemple, après une réforme physique, une maison ou un appartement avec escaliers ne seront pas retenus pour éviter la sollicitation des articulations malades. Si nous détectons chez le chien réformé des capacités particulières et après concertation avec les structures spécialisées, il poursuivra sa mission auprès de l’homme en tant que chien d’assistance ou de médiation : l’union entre l’homme et l’animal, la confiance, le respect et l’apport mutuels entre les deux partenaires étant notre plus belle récompense. 

Exemple de réorientation : Ohara devenu chien d’éveil

Raphaël assis sur le canapé. Ohara est devant lui, elle le regardeOhara est une femelle golden, douce, affectueuse et proche de l’humain. Durant son éducation auprès de sa famille d’accueil et de son éducatrice, la chienne a toujours été très volontaire dans ses apprentissages. Malheureusement, dès son plus jeune âge, elle a montré des signes de sensibilité au bruit et au milieu citadin. Après concertation avec l’équipe technique, Ohara a donc été réformée. Pour autant, ses qualités l’ont prédestinée à un autre avenir. Grâce à l’association les Chiens d’Éveil d’Anjou, Ohara a été réorientée en chien d’assistance, plus précisément en chien d’éveil auprès d’un jeune adolescent atteint de troubles autistiques. Aujourd’hui, par sa présence permanente, elle apaise les angoisses, facilite les interactions sociales, aide au développement général (physique, cognitif…) de son jeune maître.

Retrouvez l’article complet sur la réorientation d’Ohara en cliquant ici : https://www.chiens-guides-grandsudouest.org/2020/10/05/ohara-une-nouvelle-destinee/

 

Pour tout savoir sur l’association les Chiens d’Éveil d’Anjou, c’est par ici : https://www.leschiensdeveildanjou.fr/

 

Menu
Adapter la taille du texte